Console bois | Lemaïr

/Console bois | Lemaïr
Console bois | Lemaïr 2019-01-19T18:26:09+00:00
Console en chêne dans l'entrée design et réalisation Christophe Lemaïr

La console : élément d’architecture et de décoration.

Une console doit s’inscrire dans l’architecture, en prenant  naissance sur un mur, entre 2 fenêtres, dans un couloir, c’est un meuble sans en être un,  une sorte de sculpture sortie d’un mur.

La console est  à l’origine un meuble d’apparat,

de haut rang, qui s’impose uniquement par sa présence, son élégance, presque son inutilité, pour mettre en valeur l’objet, le tableau ou le miroir qui la prolonge.
C’est aussi  une sorte de « chef-d’oeuvre », d’exercice de style, qui réunit ébénistes, sculpteurs, marbriers, une association de savoir faire, la signature d’une demeure.

La matière liée au dessin de la console

Pour faire un modèle simple et vivant, j’ai avant tout voulu montrer des bois d’exception, des bois rares dont je découvre les mouvement du dessin, le grain du chêne , qu’après le rabotage, ces bois sont en général issus d’anciennes cuves à vin.

Les courbes, les ondulations, les couleurs et la matière, la présence d’un noeud sont donc réellement à l’origne de ce modèle, ou  la nature, par  le mouvement naturel du bois à remplacé le travail d’ornementation.

La nature m’offrant les courbes, je me suis attaché à créer ce modèle en recherchant les droites, à ne travailler les proportions que par des diagonales, des arrêtes qui se croisent, s’affinent,  pour créer  des jeux d’ombres et de lumières.

Détail d'une console chêne dessinée et réalisée par Lemaïr

le design de la console :

L’origine du dessin

Pour le design de ces consoles réalisées en vieux chêne, je me suis inspiré de certains modèles que j’ai vus,  et qui étaient alors intégrés dans des pièces en boiseries, ou surmontées d’un miroir, sculpté par le même ébéniste. elles sont en général de la première moitiée du XVIII éme siècle. Ces consoles, souvent ornées de feuilles, d’entrelacs, ont par la sculpture un mouvement d’ensemble qui fait oublier les assemblages.

La simplification des lignes

Du modèle classique, j’ai conservé certains principes, comme le remplacement du plateau galbé par une diagonale, ce qui adouci  la forme en prenant naissance le long du mur, et rend les angles des pieds plus doux.

La partie inférieure du plateau à un congé ( quart de rond  concave ) qui est prolongé par une diagonale  sur la traverse de côté, celle-ci vient mourir au fur et à mesure que la section de la traverse augmente en rejoignant le pied; Cela provoque un effet de « basculement ».

Sur la face, le plateau à une légère diagonale dont la flèche est au centre.

La traverse de façade, dont un noeud dans le bois remplace la coquille  « bascule  » vers l’arrière, et en s’affinant, rejoins les pieds en reprenant leur degré.

Tous ces mouvements, ne sont donnés que par des droites, des diagonales qui produisent des arrêtes plus ou moins douces, pour que s’affine la forme, et s’accroche la lumière.

console en chêne massif et bois laqué design Lemaïr

La sélection des bois

Une grande partie du travail, celle qui se fait en amont, consiste à » trouver les bois ».

Chaque pièce est unique, parce que le dessin, la couleur du bois, la couleur du plateau, doivent créer une unité, un ensemble qui doit sembler n’être fait que d’une seule pièce.
Les bois que je trouvent sont en général issus de Cuvier, foudre ou tonneaux, et parce que Le chêne  s’imprègne de son environnement, à l’extérieur, l’eau, le soleil le  rend gris, immergé il devient presque noir.

Imprégné de raisin, il devient d’un rose profond, presque violet.

Le raisin à fait son œuvre, déposé son empreinte indélébile de couleur et de sucre, pénétrant le chêne années après années.   Inutilisés depuis longtemps, le bois naturellement s’est asséché, s’ouvrant, se fendant, exposant sa nervosité.
Ce n’est qu’au rabotage que l’on découvre le grain du bois, sa densité, sa patine. Je peux alors sélectionner ceux qui feront une console, la traverse  dont le noeud, élément central de la console viendra répondre au fil du bois des traverses de côtés, et des pieds.